mardi 25 novembre 2014

Quand l'eau nous transporte

Se laisser aller
Sans résister
Juste pour voir
Jusqu'où ça va nous mener. 
 
 
Se laisser bercer
Par cette eau
Dans la lumière chaude
D'un automne qui s'éteint.


Et entre les ramures
Contempler le paradis.
 
 
Jocelyne Gagné
 
[Photographie réalisée par Jocelyne Gagné, Saint-Paulin, octobre 2014]
 

lundi 24 novembre 2014

Coup de coeur pour un billet

Chers lecteurs, vous me connaissez: aussitôt qu'un projet est sur le point de se terminer que déjà un autre voit le jour. Et à la longue, tous ces jolis projets s'agglutinent dans ma tête, à l'affût d'un espace libre qui se fera aussi rare que dans une aire de stationnement la veille de Noël. 
 
Tout ce qu'il me reste à faire c'est de faire fonctionner mes clignotants d'urgence et d'être patiente...
 
Et puisque je dois attendre, j'ai bien envie de vous partager un article paru en 2011. Ce n'est pas par hasard que je l'ai découvert. En fait, je cherchais d'anciens billets pour alimenter mon livre photo (nouveau projet).
 
Évidemment, ce qui devait arriver arriva: j'ai terminé ma lecture avec un savoureux café et un...  biscuit!
 
Pourquoi un biscuit? À vous de le découvrir!
 
Cliquez sur le lien
 
Bonne semaine tout le monde, et bon lundi!
 
Jocelyne Gagné (Mésange)

lundi 17 novembre 2014

En perte de vitesse

Ce matin, je me sens un peu comme ces arbres qui se préparent à l’hiver en se dépouillant de leurs attributs : je me déleste de mes obligations et je… relaxe. Honnêtement, il n’y a rien de mieux qu’un bon café et une savoureuse lecture pour profiter de cette heure de paresse délibérée. Et le boulot? Les dossiers ne vont pas s’envoler parce que j’ai le dos tourné! Quoique ça pourrait être vraiment chouette…
 
Trop souvent, à l’approche de l’hiver, on s’attaque à de gros projets cherchant à oublier le froid et les jours trop courts. On se jette dans le travail en se disant qu’une fois la rude saison passée, on pourra ralentir et profiter de l’été en prenant du bon temps sur la terrasse.
 
Ohé? On procède à l’envers, là!

dimanche 16 novembre 2014

Citation de Sénèque

« Le destin conduit celui qui veut,

et il traîne celui qui ne veut pas. » 

[Sénèque]

lundi 10 novembre 2014

Comme si vous y étiez

Pour rêver, un minimum d’imagination est requis, mais pour réaliser ses rêves, il faut beaucoup de soi et une bonne… vision!

 
J’adore la photographie, surtout en pleine nature. On peut rester à distance d’un volatile, d’un rongeur ou d’un enfant sans le déranger et ainsi, croquer sur le vif son comportement, son expression et même ses états d’âme. Le téléobjectif me permet de me rapprocher de la scène ou de l’objet de ma curiosité comme si j’étais à quelques centimètres de ce qui m’attire. Ce qui me séparait de l’élément se trouve alors hors de mon champ de vision. Ainsi je peux, à loisir, contempler mon sujet et remarquer les moindres détails jusqu’à m’en imprégner, jusqu’à ce qu’ils me deviennent familiers.
 
Qu’en est-il de mes objectifs de vie? Est-ce que je les regarde dans leur ensemble, entourés d’obligations, cachés par les tâches quotidiennes, à demi obstrués par les problèmes du moment ou est-ce que je prends le temps de changer de lentilles ou de vision pour mieux m’en rapprocher? Et qu’en est-il des vôtres?
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...